De la maison d’Anne et Gérard Philipe à l’Axe Majeur

Gérard Philipe meurt en pleine gloire le 25 Novembre 1959 à 37 ans. Anne vend la maison en 1973 à l’Etat, qui la cède à l’Etablissement Public d’Aménagement de la Ville nouvelle en 1990.  Enfin, la ville de Cergy s’en rend propriétaire en 2000.

Non loin de la maison d’Anne et Gérard Philipe, l’architecte israélien Dani Karavan réalise, dès 1980, le projet artistique monumental de l’Axe majeur. Cette œuvre, composée de 12 stations, traverse l’Oise par la passerelle rouge, sous laquelle se trouve l’amphithéâtre Gérard Philipe.   

« La beauté du site était à couper le souffle : un don de la nature à l’humanité » -Dani Karavan –

Une liaison forte entre les deux lieux est au cœur du projet environnemental et culturel de cette boucle de l’Oise.

La maison d’Anne et Gérard Philipe et l’Axe majeur sont les symboles d’un patrimoine remarquable établissant   un trait d’union entre le village et la ville nouvelle et alliant ainsi histoire et modernité.

Pour citer cet article : Bruno Gruel, « De la maison d’Anne et Gérard Philipe à l’Axe Majeur », site de l’Association de la Maison d’Anne et Gérard Philipe, [mis en ligne le 16 décembre 2021] : https://maisonanneetgerardphilipe.fr/category/maison/

La maison du couple Anne et Gérard Philipe

Gérard Philipe, acteur au sommet de sa gloire et son épouse Anne, ethnologue, achètent la propriété de Cergy en 1954. Ils s’isolent ainsi de la vie mondaine et trouvent, à quelques kilomètres de la capitale, un lieu paisible et un lien avec la nature. Ce havre de paix sera un endroit de vie familiale avec leurs deux enfants, Anne-Marie et Olivier, ainsi qu’Alain, le fils ainé d’Anne, né d’un premier mariage.

Photos de famille confiées par Anne-Marie Philipe.

Le couple fait appel à l’architecte Manolis Kindinis qui transforme le bâtiment en supprimant le grand escalier et en perçant de larges ouvertures vers l’Oise. Les façades sont recouvertes d’un enduit de ciment masquant le décor de pierre et de briques. Ils aménagent l’intérieur dans les goûts de l’époque, s’intéressant au foisonnement artistique de l’après-guerre, décorant les pièces avec des œuvres de Fernand Léger, Giacometti et Calder.

Le jardinier attitré, Julien Brunet, vit dans la maison de gardien. Gérard s’adonne avec lui au jardinage et aux travaux de plein air et Monsieur Brunet accompagne Anne au marché du village de Cergy.

La maison devient le rendez vous d’artistes et écrivains proches du couple : Agnès Varda, René clair, Georges Perros, Claude Roy et Jean Vilar.

« La maison serait ce que nous la ferions ; la rivière coulait à vingt mètres, les arbres existaient, le silence habitait cette terre. Nous y ferions naitre l’amour. », Anne Philipe, Le temps d’un soupir, 1963.

Un peu d’histoire

Antoine de Guerapin, (?- 1677), seigneur de Vauréal, conseiller d’état auprès de Louis XIV, confie à Antoine le Pautre, architecte du roi, la construction d’un château et de son parc, le long de l’Oise.  Le domaine s’étend alors jusqu’ à Gency, lieu dit actuel de Cergy. A partir de 1697, différents propriétaires vont se succéder. La famille Guerapin vend le domaine à Michel le bel de Coulours, secrétaire du roi, qui revend la propriété en 1731 à Louise Adelaïde de Bourdon-Conti. Elle fait reconstruire le château par Claude Leclerc, architecte de la paroisse de Pontoise. A la mort de celle-ci, ses petits neveux, princes de Conti, héritent du domaine et, en 1786, François Joseph de Bourbon-Conti cède la seigneurie à Adelaïde de Galard de Brassac de Béarn, veuve du surintendant de la maison des enfants du comte d’Artois.

Un plan de 1778 montre la partie orientale, située sur la commune de Cergy, qui est constituée d’un jardin à l’anglaise. La maison d’Anne et Gérard Philipe se situe à l’emplacement du potager de l’ancien château de Vauréal.

(Sources : A.D. Val d’Oise)

Pour citer cet article : Bruno Gruel, « L’histoire du lieu », site de la Maison d’Anne et Gérard Philipe, [mis en ligne le 6 décembre 2021] : https://maisonanneetgerardphilipe.fr/category/histoire-du-lieu/